Dalil Boubakeur, recteur de la Grande Mosquée de Paris

Même humanité, religion différente

Penser qu’une église puissse devenir une mosquée relève de la confusion des esprits. Mais cette proposition est-elle innocente ? Cela n’a été qu’une petite phrase, mais sa signification était énorme. Le 15 juin, Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman et recteur de la Grande Mosquée de Paris, lançait l’idée, au micro d’Europe…

Lire la suite

Un royaume, deux religions

Mettant fin aux guerres de Religion et fixant le statut des protestants, l’édit de Nantes, signé le 13 avril 1598, est un grand acte politique d’Henri IV. Sa mise en oeuvre s’avérera difficile. Mais sa révocation sera une faute du règne de Louis XIV.      Le 13 avril 1598, dans la salle du conseil du château de…

Lire la suite
Une vue d'ensemble de Bad Ischl en 1864

Bad Ischl, impériale retraite

La station thermale autrichienne fut la résidence d’été de l’empereur François-Joseph et de son épouse, Elisabeth, dite Sissi. Son style et son élégance n’ont pas changé. Des montagnes, des lacs, des villages fleuris, des églises baroques, des auberges cossues et des maisons couvertes de fresques. Clichés ? Qu’y faire si les clichés reflètent la réalité…

Lire la suite
Gilbert du Motier Marquis de Lafayette

La Fayette, héros centriste

Une biographie du « héros des deux mondes », personnage contradictoire. La traversée de l’Océan par L’Hermione, au printemps, l’accueil enthousiaste du navire aux Etats-Unis puis son retour triomphal à Brest, le 10 août, ont rappelé aux Français l’odyssée du marquis de La Fayette. En 1780, ce dernier avait embarqué sur L’Hermione originelle, une frégate de 26…

Lire la suite
La chambre du trépas de Louis XIV Roy de France

Du nouveau sur Louis XIV

300e anniversaire de la mort du Roi-Soleil. « Dieu seul est grand, mes frères… », proclamait Massillon en prononçant l’oraison funèbre de Louis XIV. Evoquant le roi guerrier, l’oratorien y blâmait l’« art funeste d’apprendre aux hommes à s’exterminer les uns les autres ». Au lendemain de la disparition du monarque, la parole se libérait, observe…

Lire la suite
Intérieur de la Basilique Saint-Paul-hors-les-Murs

Douze grands papes

Christophe Dickès brosse le portrait de douze papes qui ont marqué l’histoire. De sondage en sondage, la popularité du pape François ne se dément pas. Cette fascination permet à de nombreuses personnes étrangères, indifférentes ou même hostiles à l’Eglise catholique de s’intéresser tant soit peu à la parole pontificale, étant entendu qu’un pape, que l’on…

Lire la suite
Alsace, Bas-Rhin, Strasbourg, Cathédrale Notre-Dame, Bas-côté nord, Vitraux (1210-1270), Empereurs du Saint-Empire: Frédéric Barberousse de Hohenstaufen

Frédéric II démythifié

Une biographie du légendaire petits-fils de l’empereur Barberousse. Empereur germanique, roi de Jérusalem et roi de Sicile, Frédéric de Hohenstaufen (1194-1250) est de ces personnages flamboyants de l’histoire universelle qui ont inspiré les écrivains (Voltaire et Nietzsche) comme les historiens : le grand savant allemand Ernst Kantorowicz lui a consacré une biographie qui, parue dans…

Lire la suite
Potrait Najat Vallaud-Belkacem

Les naufrageurs de l’école

Réforme du collège, programmes d’histoire : les projets gouvernementaux ont déclenché une tempête. Si le débat déborde du cadre politique habituel, l’égalitarisme et l’idéologie multiculturaliste sont en cause. Ce n’est certes pas la première fois qu’une série de mesures touchant à l’école – sujet toujours sensible en France – déchaîne les passions, mais la réforme…

Lire la suite

Des rois lettrés et artistes

Qu’aimaient nos souverains, à titre personnel, en matière d’art, de littérature ou de science ?      Dans une thèse devenue classique, Les Deux Corps du roi, l’historien allemand Ernst Kantorowicz, étudiant les fondements symboliques du pouvoir à l’ère médiévale, distinguait le corps humain du souverain, terrestre et mortel, du corps politique qu’il incarnait, qui dépassait sa…

Lire la suite
Faire-part de décès de Wolfgang Pfaundler.

Pour saluer mon ami Wolfgang

Hommage à un Tyrolien. Le 20 avril, j’ai perdu un ami. Wolfgang Pfaundler était Autrichien, mais saluer sa mémoire ici revêt un sens car sa vie publique avait été guidée par des principes qui nous réunissaient. En 1941, à 17 ans, il avait participé à la fondation, dans sa vallée du Tyrol, d’un maquis antinazi.…

Lire la suite