Ecrits historiques de combat

Ecrits historiques de combat

Ce volume rassemble pour la première fois trois des principaux essais historiques de Jean Sévillia, mis à jour, enrichis d’une préface inédite, d’une bibliographie actualisée en juin 2016 et d’un index général des noms propres.

L’auteur d’Histoire passionnée de la France a été le premier à dénoncer le politiquement correct appliqué au traitement de notre histoire. Cette déformation idéologique du passé, inspirée par une vision réductrice de la France d’avant 1789, par un anticléricalisme systématique et par une certaine vulgate marxiste, a contribué, selon Jean Sévillia, à forger une interprétation monolithique, une doxa, à laquelle il rétorque par sa propre vision, inscrite dans la grande tradition conservatrice et appuyée sur une vaste culture historique et journalistique. Aussi ces essais enlevés et élevés ont-ils rencontré un très large public, et contribué à ouvrir puis nourrir le débat sur les nœuds gordiens de notre histoire, du Moyen Age à nos jours, en passant par la Révolution française, par le choc de 1940 ou encore mai 68.

Historiquement correct (2003) propose une contre-histoire des Croisades à la guerre d’Algérie, démontant un par un les clichés en vigueur. Traduit en plusieurs langues, ce livre a notamment reçu le Grand prix catholique de Littérature.

Moralement correct (2007) complète et approfondit le précédent par une analyse thématique et transversale de la société contemporaine à travers la pensée dominante.

Le Terrorisme intellectuel (dont la première édition date de 2000) est volontairement placé en fin de volume car il établit le lien entre histoire et actualité en attaquant les modes et passions successives, de 1945 à nos jours, de l’intelligentsia et du milieu médiatique qui sont dominés par la gauche – avec pour corollaire l’aveuglement devant le bilan du communisme, la préférence pour le multiculturalisme et la diabolisation de tout ce qui fait obstacle au prétendu sens de l’Histoire.

La réunion de ces textes fait ressortir leur profonde cohérence, appuyée par une écriture fluide.

Perrin, 840 pages, 25 €.