La cour, instrument politique

Par  /  Catégorie : Histoire
Sources :  (Edition du vendredi 1 avril 2016)

Lorsqu’on évoque la cour des rois de France, on pense à Louis XIV ou Louis XV à Versailles, plus rarement aux Valois au Louvre ou dans un château de la Loire, presque jamais à ce qui s’est passé après la Révolution. Or Louis XVI (même après les journées d’octobre 1789), Louis XVIII, Charles X et Louis-Philippe ont eu une cour, de même que Napoléon Ier et Napoléon III. C’est le sujet étudié par un jeune historien, Charles-Eloi Vial, conservateur à la Bibliothèque nationale de France où il est chargé des manuscrits modernes et contemporains. Son ouvrage, appuyé sur de patientes recherches dans les archives et sur une bibliographie impressionnante, est un modèle car l’auteur fait partie de ces nouveaux universitaires qui ont compris, contrairement à tant de leurs prédécesseurs, qu’il ne sert à rien d’écrire dans un style austère : les lecteurs d’aujourd’hui étant pressés, les ennuyer, c’est s’exposer à ce qu’ils abandonnent définitivement leur livre.
Cette étude, illustrée par de nombreuses historiettes et anecdotes, se lit donc avec bonheur. Elle n’en est pas moins extrêmement sérieuse, car ce que montre Vial, c’est que le système curial a joué un rôle politique et culturel fondamental dans la France du XIXe siècle. La cour de Louis XVI, à Versailles, est le reflet d’un régime bloqué qui finira par emporter la monarchie. C’est Napoléon qui recrée une cour évoquant l’Ancien Régime par certains aspects extérieurs, mais dont le but profond est d’assurer le contrôle des élites par le pouvoir, et de donner une légitimité aux institutions nouvelles par le mélange de l’ancien et du nouveau monde. La Restauration, contrairement à une idée reçue, puis la monarchie de Juillet et enfin le Second Empire ne dérogent pas à ce principe. Dans son dernier chapitre, l’auteur expose comment la IIIe République, à ses débuts, tente de perpétuer la tradition de la cour, notamment à travers les voyages présidentiels, les grands dîners et les réceptions à l’Elysée. Le budget du palais, son mobilier et ses cuisines, de nos jours, sont un héritage lointain de la liste civile du roi. « La cour, observe Charles-Eloi Vial au terme de cette passionnante rétrospective, projette dans tous les esprits comme une ombre sur l’histoire de notre pays : son souvenir hante encore les Français. »

Jean Sévillia

Les Derniers Feux de la monarchie. La cour au siècle des révolutions, 1789-1870, de Charles-Eloi Vial, Perrin, 580 p., 27 €.

Mis à jour le 5 avril 2016