Autriche : le laboratoire de l’Europe d’après

Par  /  Catégorie : Autriche
Sources :  (Edition du lundi 23 mai 2016)
Elu avec 50,3% des suffrages, l’écologiste Alexander Van der Bellen sera le prochain président de la République d’Autriche. Mais si la Hofburg échappe au candidat du FPÖ, Norbert Hofer, c’est à 30 000 voix près sur environ 4,5 millions de suffrages exprimés. Le cas autrichien est représentatif des bouleversements qui modifient l’équilibre européen.

 

L’écologiste Alexander Van der Bellen sera donc le prochain président de la République d’Autriche. Jusqu’au premier tour du scrutin, le 24 avril dernier, pas une personne sur 100 000, en Europe, ne connaissait le nom du président sortant dont le mandat s’achève (il s’agit du socialiste Heinz Fischer). A écouter le discours tenu ces jours derniers par des experts dont on se demande s’ils ont mis un jour les pieds dans ce pays, discours relayé par des médias qui dévident en boucle de la pensée automatique, le successeur du président Fischer devait être le sauveur ou à l’inverse le fossoyeur de la démocratie autrichienne.

Est-ce trop demander de s’informer et de réfléchir ? Le premier choc, authentique, a été l’élimination au premier tour des candidats de l’ÖVP et du SPÖ, le parti conservateur et le parti socialiste qui se partagent le pouvoir depuis 1945 et qui l’ont même exercé ensemble, à travers des gouvernements de coalition, pendant presque quarante ans. Une domination confortée par le système de la Proporz et de la Sozialpartnerschaft qui a permis à ces deux partis, pendant soixante-dix ans, de se répartir tous les postes de la vie publique. Or ce système-là, contesté à gauche par les écologistes et à droite par le FPÖ, les Autrichiens n’en veulent plus. D’autant qu’avec le temps, le SPÖ ayant répudié le marxisme de ses fondateurs et l’ÖVP ayant renoncé à toute référence chrétienne, les deux partis ont fini par communier dans un même modèle social-libéral et européiste. Un consensus qui a atteint ses limites dès lors que, depuis quinze-vingt ans, les marges de la vie politique autrichienne, à chaque scrutin, gagnaient du terrain – sauf à Vienne, grâce au clientélisme très rodé de la mairie socialiste. Le résultat de la présidentielle 2016, avec un écologiste et un représentant du FPÖ au second tour, s’inscrivait par conséquent dans une logique à l’œuvre depuis longtemps.

Les écologistes autrichiens ressemblent à leurs homologues européens : l’étiquette recouvre toutes les tendances, depuis des idéologues de la gauche extrême (verts à l’extérieur, rouges à l’intérieur) jusqu’aux défenseurs sincères de l’environnement. Avec cette nuance – qui n’est pas mineure – que la vie politique autrichienne est plus apaisée, plus dépassionnée, pour des raisons historiques, mais aussi parce que dans un petit pays (8,6 millions d’habitants), tout le monde se connaît plus ou moins personnellement. Alexander Van der Bellen, policé professeur d’université, ne fera pas la révolution à Vienne, mais entre à la Hofburg, en sa personne, un homme possédant un fort ancrage à gauche.

Si les origines historiques du FPÖ se situent indubitablement à la droite extrême, les analogies doivent être maniées avec prudence dans un pays qui possède une des législations antinazie et antinégationniste les plus rigoureuses d’Europe, législation non contestée par le FPÖ. Le concept de nation autrichienne, apanage de la droite conservatrice jusque dans les années 1940 (pendant la guerre encore, les socialistes autrichiens en exil se seraient bien vus citoyens d’une Allemagne socialiste) a fini par être intégré par l’ensemble de la société autrichienne, électeurs du FPÖ compris. Norbert Hofer a fait campagne sur le patriotisme autrichien, sentiment qu’il ancre sur l’euroscepticisme et sur l’inquiétude de ses compatriotes face aux flux migratoires qui traversent l’Europe et que la politique d’Angela Merkel a accélérés. Le FPÖ a gouverné l’Autriche au niveau fédéral avec les conservateurs de l’ÖVP entre 2000 et 2006 : l’Europe, qui avait pris des sanctions, devaient les lever au bout de quelques mois, quand il fallut bien s’apercevoir que l’Autriche restait l’Autriche… Dans le Burgenland, région de Norbert Hofer, le candidat FPÖ battu à la présidentielle, les socialistes gouvernent avec les élus du FPÖ. Pour les amateurs d’analogie à tout prix, ce serait donc comme si le PS et le FN gouvernaient ensemble une région française. Inconcevable ? C’est donc que l’analogie est fausse.

Otto de Habsbourg, dont la tête avait été mise à prix par Hitler et dont les fidèles furent envoyés à Dachau après l’Anschluss, dès avril 1938, ne plaisantait pas avec le nazisme. Il y a une quinzaine d’années, je l’avais interrogé sur Jörg Haider. L’héritier de la monarchie autrichienne, qui était resté un observateur aigu de la vie politique de son pays, avait défini celui qui était alors le chef du FPÖ comme « un démagogue populiste ». Pas moins, pas plus. Ce jugement, à mon sens, conserve sa pertinence, même si les responsables actuels du FPÖ ont beaucoup fait pour lisser leur image.

Van der Bellen élu, Christian Kern, le chancelier socialiste investi la semaine dernière, n’est pas menacé à court terme : il gouvernera avec la coalition nouée entre son parti et les conservateurs de l’ÖVP. Mais ce n’est qu’un sursis. Les prochaines élections législatives, dans le pays, sont prévues en 2018. Que se passera-il alors si les deux partis de gouvernement s’effondrent comme ils se sont effondrés à la présidentielle ?

Ceux qui se réjouissent aujourd’hui bruyamment de l’élection à Vienne d’un président écologiste – et qui auront bientôt oublié son nom – feraient mieux d’être attentifs. C’est à 30 000 voix près que s’est jouée l’élection. Norbert Hofer ne sera pas président de la République, mais il a averti ses électeurs : « Cette campagne a été un investissement pour l’avenir ». Ceux qui s’intéressent à ce qui se joue dans les profondeurs du continent feraient bien de continuer à suivre ce qui se passe en Autriche. Ce n’est pas pour rien que ce pays se trouve au centre de l’Europe : il est un réceptacle de tout ce qui s’y déroule en ce moment.

Mis à jour le 24 mai 2016